Image code ROME L1401

Entraîneur/euse de chevaux

Niveau d'études
CAP, BEP... (Niveau 3)
Synonymes métiers
Données non disponibles
Potentiel d'embauche

À l'image d'un Guy Forget pour le tennis ou d'un Laurent Blanc pour le football, l'entraîneur est un véritable coach pour les chevaux que les propriétaires lui confient. Une activité qui comprend aussi une part de management et de travail administratif.

À l'image d'un entraîneur sportif, l'entraîneur de chevaux est un véritable coach. Il assure la préparation physique des animaux qui lui sont confiés et les fait participer à différentes courses. Sa notoriété dépend des victoires de ses pensionnaires. D'où son attention portée lors des entraînements, sa connaissance des rations de nourriture et sa monte quotidienne des chevaux...

Activités

Préparer les chevaux

Chez les équidés comme chez les humains, il y a les nerveux, les tire-au-flanc, les contestataires... Aussi, la première intervention de l'entraîneur, assisté des lad-jockeys et des cavaliers d'entraînement, consiste à habituer le cheval à travailler et à supporter un cavalier sur son dos. Un processus de mise en confiance qui peut demander entre 2 et 6 mois, selon les tempéraments. Et qui diffère selon la spécialité de l'entraîneur : trot ou galop.

Participer à des courses hippiques

Comme un agent pour un artiste, l'entraîneur choisit, pour le compte des propriétaires de chevaux, les courses auxquelles participeront ses protégés. Avant de les engager, il analyse leurs performances, leurs progressions, celles de leurs concurrents... On rencontre donc très souvent l'entraîneur, chronomètre en main, aux abords du terrain pour les entraînements du matin. Rien ne lui échappe, de l'alimentation à l'état de santé des équidés de son écurie.

Compétences

Expert en chevaux

Anatomie, pathologies, reproduction... L'entraîneur connaît parfaitement chacun de ses animaux. Il manage en moyenne une dizaine d'équidés. Un défaut de musculature, une nervosité anormale, un appétit en berne... rien ne lui échappe car ce sont autant d'éléments qui jouent dans les performances lors des courses.

Bon cavalier

L'expertise des équidés n'est pas uniquement théorique. L'entraîneur doit être un cavalier émérite, qui monte quotidiennement pour être à même de déceler un quelconque problème.

Sens de l'organisation

L'entraîneur encadre des hommes qui managent des chevaux. Pour les uns comme pour les autres, il doit faire preuve d'une organisation hors pair : établir un calendrier des courses, prévoir les déplacements, tenir à jour les dossiers médicaux des animaux, recruter le personnel, anticiper les plannings de présence, assurer l'encadrement des apprentis (très nombreux dans le secteur)...

Conditions de travail

À la tête d'une équipe

Un entraîneur de chevaux ne peut travailler en solo. Il doit s'entourer d'une équipe de professionnels : palefreniers, maréchaux-ferrants, lads-jockeys... et la gérer tel un chef d'entreprise : management, gestion administrative (fiches de paie, congés...) et commerciale (achat de matériaux, de fourrages...), respect des normes en vigueur (notamment en matière vétérinaire). Des tâches qui occupent la moitié de sa journée et le conduisent à avoir des rendez-vous avec ses collaborateurs ou à l'extérieur.

À l'entraînement toute l'année

Avec plus de 11 000 courses de trot dans l'année, 7 000 en galop, le programme des compétitions s'étale sur toute l'année. L'hiver n'interrompt pas complètement l'activité même s'il la ralentit. L'entraîneur est à pied d'oeuvre 12 mois sur 12. Course ou non, il doit maintenir la condition physique et le mental de ses athlètes.

Vie professionnelle

Attaché à un département

Mont-de-Marsan (40), Maisons-Laffitte (78), Chantilly (60)... Les écuries des entraîneurs de chevaux se situent souvent à proximité des hippodromes. Aussi, certaines communes sont entièrement tournées vers l'univers équin. Les entraîneurs réalisent souvent toute leur carrière dans le même département.

Profession masculine

À l'image de l'ensemble du secteur équin, le cercle des entraîneurs est très masculin. Toutefois, quelques femmes se sont illustrées à ce poste comme Christiane Head-Mareek, figure emblématique du turf, ou la jeune Martine Henry de Chantilly.

Propriétaire aussi

Avec le succès et les prix obtenus, certains entraîneurs parviennent, après quelques années d'exercice, à développer une écurie avec leurs propres chevaux.

Salaire junior

1 730 €
Salaire net moyen en début de carrière

Salaire

1 880 €
Salaire médian

Type de contrats

Temps de travail

Hommes

64 %

Femmes

36 %

Première étape : le CAP agricole lad-cavalier d'entraînement. Le bac pro conduite et gestion de l'entreprise hippique constitue une autre porte d'entrée vers cet emploi, éventuellement complété par la licence d'entraîneur, à décrocher auprès des deux structures en charge des courses : la Secf (Société d'encouragement à l'élevage du cheval français) pour le trot, ou France Galop pour le galop.

Données indisponibles
Tendance des offres d'emploi
sur Pôle Emploi
770
Projets de recrutement
59 %
Des entreprises jugent les recrutements difficiles sur cette famille de métiers

Périodes de recrutement les plus favorables

Plus la couleur tend vers le rouge, plus le nombre d'offres d’emploi diffusé à Pôle emploi est important.

Plus d'informations sur Cleor

Accéder aux offres d'emploi sur le site de Pôle emploi