Qu'est-ce qu'un LP ? Les éléments clés !

Publié le

Le Lycée Professionnel est un lieu de formations, qui donne aux élèves un enseignement général et technique, qui complète la formation reçue dans les entreprises lors de PFMP (Périodes de formation en milieu professionnel).  

D'un point de vue plus pratique, l’établissement se compose de salles de cours « classiques », où sont dispensées les cours généraux et technologiques et de plateaux techniques, lieux où les élèves commencent à apprendre les gestes et postures professionnelles. Des co-interventions sont également mises en place entre professeurs d’enseignement général et d’enseignement professionnel : ils créent ensemble un cours à partir d’une situation professionnelle et font le lien entre les compétences pratiques à avoir dans cette situation et le programme du cours général.

On peut y préparer plusieurs diplômes :

  • le CAP,
  • le Bac Pro,
  • le BTS.

Après la 4e, des élèves peuvent également être accueillis dans une 3e Prépa métiers.

VOUS AVEZ D'AUTRES QUESTIONS ?

Retrouvez ci-dessous les questions les plus fréquentes.

UFA signifie Unité de Formation pour Apprentis.
Elle peut être créée dans un établissement d’enseignement public ou privé sous contrat ou dans un établissement de formation et de recherche. On peut donc retrouver des UFA en Lycée Professionnel. Les jeunes s’y forment en apprentissage (c’est-à-dire en alternant des périodes en lycée pro et en entreprise) et sont donc considérés comme des apprentis.

Le lycée Professionnel n’est pas fermé sur le monde extérieur.  

L’apprentissage des gestes techniques, en plus des plateaux techniques, se poursuit donc lors des PFMP (Périodes de Formation en Milieu Professionnel) pour les CAP et les Bac professionnels. Plus qu’un stage, la PFMP valide ou non certaines compétences, via un livret rempli par l’entreprise. Cela est pris en compte dans l’obtention des diplômes, en lien avec les enseignants du lycée.

Durée des PFMP

CAP : 12 à 14 semaines
BAC Pro : 18 à 22 semaines.

Par exemple :

  • Les élèves, en lycée professionnel, se sentent plus sécurisés, car le mode de fonctionnement est dans le prolongement de celui du collège, ils partent moins vers l’inconnu.
  • Ils n’ont pas encore les codes de l’entreprise, et ne se sentent pas d’aller s’y confronter tout de suite après la 3ème. Ils ont besoin de l’accompagnement proposé en LP pour les acquérir.
  • Ils n’ont pas les contacts dans le monde professionnel dans le domaine qui les intéresse, et/ou n’ont pas forcément trouvé d’entreprise pour partir en apprentissage.

On imagine que seuls les mauvais élèves vont vers la voie professionnelle, mais c’est faux ! On retrouve des jeunes qui ont déjà un questionnement sur certains métiers, et qui ressentent le besoin d’entrer dans un enseignement plus concret, pratique.  Le projet est défini, même si l’apparition des familles de métiers (qui regroupent plusieurs spécialités), pour certains bacs professionnels, permet de laisser plus de temps pour choisir progressivement sa spécialité à la fin de la 2nde Professionnelle.

De plus, la transformation de la voie professionnelle a entrainé des modifications pour l’obtention du diplôme, valorisant ainsi plus le geste professionnel, l’expérience, le parcours. Par exemple, la mise en place du chef d’œuvre, une réalisation, collective ou individuelle, permet d’exposer les compétences acquises lors de la formation, et en lien avec le futur métier.  

Et comme dans un lycée Général et technologique, les élèves travaillent également sur le numérique, en lien avec l’évolution de la société et des métiers, en passant la certification Pix.

L’établissement et son équipe accompagnent les élèves dans la formation, et envisagent la suite du parcours post diplôme. « Est-ce que l’élève souhaite poursuivre ses études ? Ou souhaite-t-il commencer à travailler tout de suite après ? » Dans tous les cas, en classe de Terminale, un module existe sur chacun de ces thèmes, afin de préparer au mieux le lycéen à son souhait.

L’enseignement est gratuit. Parfois, un premier équipement peut être demandé, mais avec les aides de la Région l’investissement est minime. De plus, certains lycées mettent en place de l’achat groupé, pour permettre aux élèves d’obtenir leur équipement à des prix plus bas.

Pour les familles les plus en difficultés, des fonds d’aide existent également, afin que les différents frais ne soient pas un frein à la scolarité.

On trouve de plus en plus d’internats dans les lycées professionnels. Cela permet aux jeunes d’être plus mobiles sur le territoire, car ils peuvent aussi être logés lors des PFMP.

Les élèves doivent avoir une reconnaissance de la part de la Maison départementale des personnes handicapées pour bénéficier de ces aides.

L’intégration du dispositif de l’ULIS Pro, en accord avec la MDPH, permet de bénéficier de temps d’accompagnement et de soutien, ou encore d’ajustements sur certaines matières pour permettre une plus grande réussite.

Un PAP (Projet d’Accompagnement Personnalisé) peut également être mis en place, pour que le handicap soit pris en compte lors des enseignements. Un guide d’accompagnement pour les professeurs existe, afin de les aider dans l’adaptation des contenus des cours.